Kidult, graffeur français, farouche militant anti-pub, a fait de l'extincteur son arme de guerre. Une guerre pacifique et colorée. Avec un peu de peinture placée à l'intérieur d'extincteurs déchargés, Kidult transforme l'outil des pompiers en une bombe puissante à graffiti. En quelques mois, il a apposé son insigne - un "KIDULT" en lettres majuscules - sur les enseignes de prestigieuses enseignes telles qu'Yves Saint Laurent, Colette, Jean-Charles de Castelbajac, agnès b., Louis Vuitton ou encore Hermès. Il prend ainsi parti contre la récupération de graffeurs par le milieu du luxe, à des fins commerciales. Pour lui, le graffiti est par essence un art de rue et doit le rester. Ironiquement, il lance dans une vidéo publiée en mai 2011 : "Toutes ces boutiques ont utilisé la culture du graffiti comme image commerciale. Ces marques aiment le graffiti. Je ne fais que leur donner ce qu'elles veulent." L'esthétisme n'est pas au rendez-vous mais il faut croire que l'engagement de Kidult ne peut souffrir l'enjolivement. A vous de juger.


KIDULT ATTAQUE


KIDULT ATTAQUE 2

 

 Pour recycler vos extincteurs de façon plus conventionnelle, adressez-vous à AGPE. Sur leur site, ils expliquent comment ils traitent d'abord les extincteurs dans des laboratoires pour ensuite les acheminer dans leurs usines de recyclage.